L’écarlate de Venise, de Maria Luisa Minarelli

ecarlate de venise

Pour commencer, vous avez vu cette ouverture sublime ? Et très bien choisie, de même que le titre.

Résumé de l’éditeur :

En bref pour les impatients !                                                                                                          Très bon roman policier et historique, très bien écrit, dans un lieu enchanteur-Venise-bien décrit et bien utilisé par l’auteur dans l’énigme et l’enquête, une fin bien amenée car seuls les derniers indices distillés permettent de trouver l’assassin. Et une gentille histoire d’amour en prime ! On tourne les pages avec avidité pour connaitre le dénouement de l’enquête, ce qui pour un roman policier est un signe plutôt positif !
On s’attache sans problème à l’enquêteur, personnage loyal, travailleur et consciencieux,  un peu en décalage par rapport aux occupations oisives des nobles de l’époque. Ses deux comparses sont bien choisis mais moins bien décrits psychologiquement donc on s’y attache moins, mais le trio ne manque pas d’atouts et est original (un noble haut magistrat, son ami avocat, un gondolier malin et gouailleur) et on les suit avec plaisir.
En bonus, si vous connaissez Venise, les petits détails historiques et sociaux, les descriptions de la Venise de l’époque et de ses habitants, de ses différents quartiers, très marqués à l’époque, vous séduiront à coup sûr : j’ai eu l’impression de revivre toutes ces balades incroyables dans la Sérénissime. Un très beau voyage, donc , en sus de l’intrigue policière.
Je recommande grandement ce roman, très bien écrit de surcroît, ce qui ajoute au plaisir de la lecture.

Merci aux éditions Amazoncrossing

et à NetGalley

pour la lecture de ce très bon roman.

Un petit mot sur l’auteur (par l’éditeur) : Journaliste et écrivain, Maria Luisa Minarelli naît à Bologne où elle obtient un doctorat en Histoire. Elle collabore à des magazines tels que Storia illustrata et Historia en traitant divers sujets liés à la santé, à la beauté et au tourisme. En 1989, elle signe Donne di denari (Olivares), un essai sur les femmes et l’entrepreneuriat à travers les siècles. Puis, dans A tavola con la storia (Sansoni, 1992), elle confronte les traditions gastronomiques de plusieurs pays à différentes époques. En 2008, elle publie un thriller, La donna dal quadrifoglio. Maria Luisa Minarelli vit à Milan avec son mari, mais elle est depuis toujours amoureuse de Venise, où elle séjourne régulièrement. Passionnée d’art et d’antiquités, férue de voyages, cette lectrice compulsive lit surtout la nuit. (…) Née à Montréal, après des séjours prolongés en Toscane, Espagne, France et ex-Yougoslavie, elle se lance dans une longue carrière multiforme entre la danse flamenca, la chanson de langue française et le répertoire tzigane, le journalisme littéraire à la radio et dans les médias écrits, et la direction littéraire d’une importante maison d’édition québécoise. Écrivain et traductrice, Marie-José Thériault a reçu plusieurs prix prestigieux, dont le prix Canada-Suisse de la poésie et, à deux reprises, le prix de traduction du Gouverneur général du Canada.

 

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « L’écarlate de Venise, de Maria Luisa Minarelli »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s