Callan Wink, Courir au clair de lune avec un chien volé

20170930_130726

Chose promise… ! Un petit retour sur la soirée passée en compagnie de Callan Wink, jeune auteur américain de 33 ans vivant dans le Montana, et de son éditeur français par l’intermédiaire de Francis Geffard, créateur de la collection « Terres d’Amériques » chez Albin Michel.

Comme vous vous en doutez, ce fut un très très beau moment de partage et d’écoute, sur de nombreux sujets relatifs aux USA, de sa littérature aux populations des grandes étendues de l’Ouest américain, de la situation actuelle des USA à l’émergence future de nouvelles formes d’art et d’expression, de l’écriture de nouvelles aux grands auteurs multiculturels actuels…Bref, un vaste programme !

Mais je commencerai par vous parler de Callan Wink et de son livre, un recueil de nouvelles VRAIMENT très réussi. Et là, ceux qui n’aiment pas trop ce genre se diront sans doute que ce n’est pas pour eux : alors pour une fois, NE PASSEZ PAS votre chemin ! Originalité au menu !

 

coeur gif anoimé Lire la suite

Publicités

Challenge « polars 2017-2018 » – Chez Sharon

Et oui, je ne sais résister :                                                

  1. ni aux challenges de Sharon…

  2. …Ni aux polars !

    C ‘est donc parti pour un an, et je vise entre 5 et 15 polars ou autres livres ayant trait à ce domaine…Je vise donc « Montalbano ».

Rejoignez-nous pour une année « noire » !!! 

 

Challenge de l’été – Chez Saefiel

Je vise « orteils en éventail » soit 10 livres lus.

edit 11 août : les 10 livres !

Lavage à froid uniquement (A.Py) – La tresse (L.Colombani)  –  Voir du pays (D.Coulin) – L’incendie (A.Choplin, H.Mingarelli) – Le secret du mari (L.Morarty) – Quand soufflera le vent de l’aube (E.Fraser) – Le gang des rêves (L.Di Fulvio) – Aurore de sang (A.Aubenque) –  Dans la forêt (J.Hegland)…

Et la lecture commune « Au fond de l’eau » de Paula Hawkins (le premier, « la fille du train » était sympa mais sans plus, à voir avec celui-ci…)

Challengeete_2017-500x334 Challenge de l'été - Édition 2017

clic ici pour l’article de  Saefiel

Ainsi sera-t-il (S.Destombes)

destombes série

tome 3 de la série sur la commissaire Max Tellier

Quatrième de couverture : pour ne pas dévoiler la fin du tome précédent, je suis obligée de couper la quatrième de couverture !

Depuis …..( événements du tome 2), la commissaire Max Tellier n’a plus la force de se battre. Mais l’envie de découvrir la vérité est la plus forte… Soutenue par son équipe, qui comme elle soupçonne une histoire de flics véreux, elle enquête en secret pour que justice soit faite. Pourtant déjà, un autre meurtre les mobilise. Un cas pour le moins étrange : un joggeur, victime non pas d’une crise cardiaque comme on pourrait le croire, mais d’un empoisonnement… (…)

Impressions :

Encore une fois un très bon roman policier de cette auteure que j’ai découverte avec le tome 2, l’Arlequin, qui m’avait enthousiasmée !

Tout y est pour qu’on tourne les pages avec fébrilité, impatient de savoir comment tout cela va finir. Les personnages, très différents, sont attachants et bien campés, les intrigues (et oui, il n’y a pas moins de 3 enquêtes en parallèle dans ce roman !) sont bien relatées, les enquêtes crédibles et bien menées, le suspense bien amené. Et c’est bien écrit, ce qui ne gâche rien ! En plus, mais là c’est très personnel, beaucoup d’humour comme je l’aime, surtout dans les dialogues.

Une belle fin (?) de série. Il me reste à lire le premier ! (et oui, je suis arrivée dans le vie de Max par le deuxième !)

Un roman policier que je conseille donc, mais il vaut mieux les lire dans l’ordre à mon sens ! (en tout cas les deux derniers) pour voir l’évolution des personnages.

challenge euro 2016

           Et un attaquant de mon équipe                    de l’Euro 2016 des livres

 

 

C’est parti pour l’Euro 2016 des livres !

challenge euro 2016

Oyez braves gens ! Footeux…ou non (ça c’est moi !) Une annonce de Cajou, des Plumes de Cajou, qui nous propose un challenge sympathique pour partager la liesse de l’Euro 2016 même quand on n’aime pas le foot (pas taper).

« Dans 4 jours, le va envahir notre vie … alors je vous propose le challenge de la « Coupe d’Europe des Livres » durant lequel nous allons aligner 11 livres au lieu de 11 joueurs 💪

Si vous voulez me rejoindre dans le challenge le plus facile à réussir de l’Univers (faire son équipe, c’est avoir réussi son challenge ! ) »

 

Il s’agit donc de créer une équipe 11 livres :

  1. Le gardien de but  : Le livre qu’on veut lire à tout prix pendant ce mois
  2. 4 attaquants  : Les livres de notre PAL qu’on veut absolument lire
  3.  3 milieux de terrain  : Ceux qu’il est grand temps de sortir de notre PAL
  4. 3 défenseurs  : Des romans qu’on souhaite lire mais qui ne sont pas encore dans la PAL (aie, les pires, ceux qu’on prend fébrilement et qu’on repose avec un soupiiir depuis des semaines en librairie !)

Il y a aussi possibilité des choisir des réservistes mais là…ça commence à faire beaucoup !

Alors quelle sera votre équipe ? 

Voici la mienne !

le gardien de but : Landfall (E.Urbani) landfall

les 4 attaquants : Le nom des étoiles (P.Fromm)
Ainsi sera-t-il (S.Destombes)

                                  Et je danse, aussi (A-L. Bondoux, J-C.Mourlevat)

                                   En attendant Bojangles (O.Bourdeaut)

attaquants

Les 3 milieux de terrain : Comme la grenouille sur son nénuphar (T.Robbins)

                                                 Manhattan Freud (L.Bossi)

                                                 Le sonneur (E.McBain)

milieux terrain

Les 3 défenseurs :   Intérieur Nuit (M.Pessl)

                                     Le bon frère (C.Offutt)

                                     Love story à l’iranienne (J.Dexart, Deloupy)

défenseurs

Little Bird (C.Johnson)

little bird

Editions Gallmeister             Mai 2009                  Titre original :       The cold dish

Découvert et lu dans le cadre du Challenge Gallmeister [10 ans] 

L’histoire (quatrième de couverture) :

Après vingt-quatre années passées au bureau du shérif du comté d’Absaroka, dans le Wyoming, Walt Longmire aspire à finir sa carrière en paix. Ses espoirs s’envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Deux années auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d’une jeune indienne, Melissa Little Bird, un jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd’hui, il semble que quelqu’un cherche à se venger. Alors que se prépare un blizzard d’une rare violence, Walt devra parcourir les vastes espaces du Wyoming sur la piste d’un assassin déterminé à parvenir à ses fins.

Impressions :

Excellent ! J’ai tout adoré ! L’écriture, l’intrigue bien menée, l’humour très présent, les descriptions des situations, des personnages et bien sûr des grands espaces américains. (rassurez vous, amis citadins comme moi, on s’en sort très bien ! On en redemande même !)

Les séries de polars où le héros est récurrent me plaisent décidément beaucoup : on se rapproche du roman noir plus que du livre policier. On prend plaisir à retrouver et suivre le héros et son entourage, leur évolution psychologique, parfois sociale… Alors savoir que je vais suivre sur plusieurs opus ce shérif Longmire au grand coeur, bourru, pudique mais très loyal en amitié, cela me réjouit ! D’autant que le dernier sorti (pfiouuuuu, encore 5 avant !) a l’air d’ avoir emballé toute la blogo !

Les personnages, c’est ce qui m’a enthousiasmé en tout premier lieu dans ce roman : ils sont criants de vérité (pourtant très loin des gens que je pourrais rencontrer au coin d’une rue de ma petite ville !!!), sans chichis, très bien décrits, des gens ordinaires mais qui ont des sentiments forts. Les relations entre le shérif Longmire et son ami indien Henry Standing Bear sont merveilleusement rendues, par des petites phrases, ou quelques mots, beaucoup d’humour, on perçoit que ces deux-là, c’est « à la vie à la mort » !

Cela m’a rappelé les Usa, ces grandes routes désertes, ces paysages qu’on aurait dit vierges de toute trace humaine, les restau routiers dans des villes traversées par la route…Qu’on croirait peu habitées…

En bref, un très bon roman policier, bien écrit, de l’humour, de sentiments vrais entre les protagonistes, des paysages sublimement décrits, une bonne intrigue…Et un héros sympathique que j’aurai plaisir à suivre !

Lu GRACE et POUR le challenge « Gallmeister 10 ans »…gallmeister 10 ans

et pour le challenge Polars de Sharona-sharon-pour-logo-polar21

 

 

Le mois belge, jour de BD !

Don Bosco, Jijé (versiondon bosco jije de 1949)

Eh oui, malgré ma « crise de foi » aiguë qui duuuuure, j’ai choisi de vous parler de cette BD parce-que :

  1. je l’ai adorée étant enfant, j’en garde des images fortes dans la tête  ! (j’ai l’édition 1975)
  2. nous revenons d’Italie ! ça prolonge les vacances !
  3. le Piémont, c’est la famiglia !
  4. il paraît que don Bosco est le patron des éditeurs !!! (des apprentis et des prestidigitateurs ! tout un programme ! )

 

 

 

l’histoire :

Tout simplement la biographie de Saint Jean Bosco, Don Bosco, prêtre italien ayant voué sa vie à l’éducation des jeunes enfants, issus des milieux défavorisés ou orphelins. Fondateur de l’ordre des Salésiens, ordre non contemplatif mais au contraire, « dans l’action » ce qui n’est pas pour me déplaire !

A propos de l’auteur (1914 – 1980) :

Il s’agit de Joseph Gillain, alias Jijé, scénariste et dessinateur belge de BD.jije

Celui qui propulsa Spirou, le célèbre groom rouge au rang de héros. Auteur prolifique, il créa une pléiade de personnages comme Blondin et Cirage, Jean Valhardi, Jerry Spring, et illustra nombre de magazines et journaux.

Mais surtout, il fut le chef de file d’une école, qui allait regrouper les auteurs de la maison Dupuis. Dessinateur acharné, inventif, Jijé aimait à accueillir et à aider les débutants talentueux. Ainsi autour de Jijé se crée un nouveau mouvement artistique, où de jeunes auteurs prometteurs font leurs premières classes, sans se douter de l’énorme vague qu’ils allaient provoquer dans la bande dessinée…(d’après le site http://www.jije.org)

l’origine de la BD :

En 1941, à la demande de Jean Dupuis (fondateur du journal de Spirou ) qui avait beaucoup d’admiration pour le « saint des jeunes », – Dupuis avait une ligne éditoriale qui se voulait éducative de la jeunesse -, Jijé travaille à sa première grande biographie, Don Bosco ami des jeunes. Un album sépia au format à l’italienne paraîtra en 1942. Peu satisfait de son œuvre, Jijé redessinera l’album de bout en bout après avoir visité les lieux avec un prêtre salésien (1949). La comparaison des deux versions permet de voir les énormes progrès dans l’appropriation du métier.

Impressions :

don bosco premier page

première page….

 

Très beau dessin, réaliste, qui transmet émotion, vitalité, et vérité : on sent que
Jijé connait bien  le sujet et la région, pour cette nouvelle version. On est touché par la simplicité de l’histoire que rend très bien le dessin de Jijé qu’on retrouvera dans ses autres oeuvres non biographiques.

Pour le reste, une biographie qui a plu et devrait plaire encore aux jeunes enfants/ados car Don Bosco y est dépeint comme un adolescent puis un adulte joyeux, actif, original, optimiste.

Beaucoup de moments forts. 

pour le mois belge chez Anne et Mina